N° 89 - Novembre - 2022  
  ACTUALITES INTERNATIONAL
 

    Le groupe Mars renforce son engagement dans l’économie circulaire

    http://www.comaner.com/comanews/images/8.png

    Le géant américain a choisi de signer le Pacte national sur les emballages plastiques. Il s’engage à coopérer avec les acteurs français pour faire émerger une filière dédiée à leur recyclage.

    Aller plus loin et plus vite. Le groupe Mars a annoncé le 20 septembre, à l’occasion de la semaine du développement durable, avoir signé le Pacte national sur les emballages plastiques. Il s’engage ainsi aux côtés du gouvernement, de l’Ademe et de Citeo à partager des bonnes pratiques et à coconstruire des solutions adaptées aux marché français.

    Renforcer la coopération

    « En rejoignant le Pacte Plastiques, nous souhaitons aller plus loin dans notre démarche de production responsable et contribuer aux travaux de fond et aux discussions qui sont menées, notamment sur le développement des filières de recyclage pour les plastiques flexibles. Pour développer des solutions de recyclage efficaces pérennes à l’échelle nationale, une coopération étroite entre tous les acteurs concernés est nécessaire, explique Feliks Bezati, directeur monde des emballages circulaires pour le groupe Mars, dans un communiqué.

    Recyclage chimique et emballages monomatériaux

    Le groupe américain rappelle qu’il s’est engagé à recourir à 100 % d’emballages réutilisables, recyclables ou compostables. Il envisage également de réduire son utilisation de plastique vierge de 25 % et à réincorporer 30 % de contenu recyclé dans ses emballages plastiques. Mars développe plusieurs projets pilotes, comme un pochon 300 g monomatériau recyclable en polyéthylène pour la marque M&M’s. Développé au sein de l’usine Mars Wrigley de Haguenau (Alsace), cet emballage sera prochainement déployé à grande échelle sur d’autres formats et références de la gamme.

    En 2019, Mars s’était associé au groupe Nestlé et à l’entreprise Recycling Technologies pour développer une filière de recyclage chimique des plastiques en France. Le consortium répondait à un appel à projets lancé par Citeo et le groupe Total. Il étudie la faisabilité technique et économique du recyclage des déchets plastiques complexes comme les emballages de petite taille, souples ou multicouches.

    Lactalis déploie sa politique RSE en France

    http://www.comaner.com/comanews/images/9.png

    Le géant du lait dévoile quelques-uns de ses premiers projets industriels et de filière.

    Dans la cadre de sa feuille de route RSE, Lactalis, premier groupe laitier mondial, s’est engagé à réduire de 25 % les émissions de GES de ses activités industrielles et logistiques (scope 1 et 2) d’ici à 2025, et à atteindre la neutralité carbone en 2050. « Le groupe s’est également fixé des objectifs en matière d’économie circulaire, d’emballages responsables, et de bien-être animal », détaille Jean-Marc Bernier, Dg de Lactalis France, tout en rappelant que « sur les 200 M€ que le groupe investit chaque année

    Agrial inaugure son usine de mozzarella à Luçon

    http://www.comaner.com/comanews/images/10.png

    Détruite par un incendie en février 2020, la fromagerie de Luçon (85) a été reconstruite. Inaugurée le 21 octobre par tout le staff d’Agrial, elle dispose désormais d’une capacité de production de 24 000 tonnes de mozzarella, contre 16 000 t auparavant. Le groupe coopératif précise que les nouveaux équipements permettent d’optimiser les consommations énergétiques par kilo produit et de fiabiliser les rejets externes. Une quarantaine de millions d’euros aura été engagée dans ce projet, avec le soutien financier de la région Pays de la Loire dans le cadre du plan de relance et des assurances.

    « Grâce à ce nouveau site et à ses synergies avec la fromagerie d’Herbignac (44), Agrial conforte sa place de leader de la production et de la transformation de fromage à pizza en France, avec une production totale de 70 000 tonnes par an », précise le groupe dans un communiqué. La mozzarella produite est commercialisée sous les marques Maestrella et Cantadora, ainsi que sous MDD, auprès de l’industrie et de la RHF, dans un marché en croissance de 3 % par an en France et à l’étranger. L’usine emploie 130 salariés dont 60 % ont vu leur poste évoluer pour assurer le pilotage des nouveaux équipements et la conduite de ligne automatisée